Le Tamisage De Béton : Une Source De Revenu Pour Certaines Femmes Sénégalaises

Par Cheikh Ahmed Tidjane Ba

A Guédiawaye dans un quartier sec et solitaire, décoré par des maisons en construction avec comme seul bruit, celui des voitures qui passent sur l’autoroute. Des femmes d’âge mur, assises au milieu du terrain sablé, des tamis et des piques les accompagnent dans ce métier qu’elles exercent, pour certaines depuis des années: le tamisage de béton.

Un travail à haut risque

Pour survivre, ces femmes quittent tôt le matin chez elles, à la recherche de zone en construction avec des tamis en fer ou en plastique et des seaux à la main. Un long périple commence vers l’inconnu pour une prospection de béton couvert par le sol. Le béton récupéré est revendu aux maçons. Selon Amy Diouf, une travailleuse d’une soixantaine d’années, retrouvée sur place : « notre métier consiste à tamiser le sol pour tirer le béton et le revendre aux charretiers et aux maçons parfois à 1000 F Cfa le sac ». Les gains journaliers estimés à 2000 F Cfa varient en temps. Malheureusement, une partie de ces gains leur sert de couverture aux frais médicaux à cause des risques qu’engendre le métier. Etant veuves ou avec des maris au chômage, des enfants à nourrir, elles sont obligées de prendre ces risques pour subvenir à leurs besoins. Gnilane Faye, une autre des travailleuses dit : « mon mari est décédé il y’a des années. J’ai six enfants et cela fait trois ans que j’exerce ce métier. Ici ,On ne nous aide pas. Parfois , nous rencontrons des gens sans cœur qui nous achètent le sac à 700 F Cfa. Nous sommes vraiment fatiguées.  Surtout qu’il y’a des risques, mes doigts ne ressemblent plus à rien, je suis malade actuellement mais je ne peux pas rester à la maison malgré mon âge, je dois nourrir ma famille ».

28537125_1601907576568734_1442400151_n
Une travailleuse assise , épuisée par le travail .

Leur honneur avant tout

Certes, elles sont conscientes des dangers, mais ne veulent pas baisser les bras. Car, pour Fatou Ndiaye, âgée de 35 ans ce n’est pas le rôle de la femme d’être passive. Cependant, elle nous parle de l’insécurité qui règne sur les chantiers de construction : « nous sommes maintes fois agressées par les malfaiteurs; ils viennent ici avec leurs charrettes, parfois vers 14h ou vers la nuit car parfois, les acheteurs ne viennent que tard le soir vers 22h. Donc, nous sommes obligées de les attendre. Mais ces voyous en profitent pour nous piller. A l’instant où je vous parle, je n’ai plus aucun papier sur moi, ils ont tout amené et si nous ripostons, ils nous font du mal» . Ne pouvant pas alerter la police, n’ayant pas été autorisée à travailler dans ces sites, elles sont obligées de se défendre toutes seules. Malgré les conditions dangereuses dans laquelle elle travaille, la trentenaire,  réitère ses propos : « rien ne vaut la peine d’aller mendier, une femme qui n’est ni handicapée ni malade peut travailler et gagner sa vie. On est appelé à être des mamans. Je préfère être la risée des autres tout en étant loyale que d’exercer un boulot indécent ou malhonnête » .

L’entretien était de surcroit pour elles, une manière de lancer l’écho aux autorités qui prônent l’entreprenariat féminin.

Pour ce mois de mars dédié à la femme, l’honneur leur revient. Des femmes qui n’ont pas les moyens, qui survivent au jour le jour mais font tout leur possible pour trouver de quoi se nourrir honnêtement. Certaines âgées de plus de soixante ans et qui devraient être au repos chez elles, se donnent tout ce mal pour ce fameux “Waw Goor” (Bravo Homme en wolof), preuve de leur bravoure. Les femmes sénégalaises sont capables d’exercer des métiers qui, dans les normes étaient destinés aux hommes. N’est-il pas temps de rendre l’expression « Waw Jigueen » (Bravo Femme) légitime ?

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s