Le 8 Mars, Journée Internationale Dédiée A La Femme : Comment Les Femmes Sénégalaises La Célébrent-Elles ?

Par Madonna Diatta et Cheikh Ahmed Tidjane Ba

Une Journée Pour défendre La Cause féminine?

Dans cette épreuve de la vie, il y en a certaines, jugées comme plus fragiles mais qui ne se lassent jamais de se battre pour gagner leur titre d’amazone aux cotés des gladiateurs. Dans l’échelle sociale, c’est une bataille qui les a valu de s’acquitter de leurs devoirs tout en connaissant leurs droits. Et aujourd’hui, les femmes sont plus que présentes au devant de la scène économique, politique et sociale. Cette journée internationale dédiée à la femme, la valorise aux sons chantés a son égard. Et en ce jour spécial, chacun a sa propre manière de se faire honorer. A travers le micro de RFL Sénégal, elles se sont donnés l’occasion de faire entendre leur voix.

Mame Ngoné Faye est éditrice à la maison d’édition Harmattan. Elle dirige une agence d’écriture et en même temps, est professeur de technique d’écriture et de communication, de rédaction administratif et de développement personnel.

Par rapport à cette journée, Mme Faye affirme : « Il faut arrêter de nous donner une journée, on en a pas besoin! La femme doit être célébrée tous les jours. Un jour spécial, certes mais nous n’avons pas besoin d’un jour pour nous spécifier. Nous sommes déjà extraordinaires. Tout ça pour dire qu’il faut magnifier, sublimer la femme pas parce que nous sommes mères mais en qualité de femmes authentiques qui veut dire beaucoup de choses. Le fait de pouvoir prendre sur soi, d’être généreuse, que tout le monde puisse compter sur nous, mais le fait d’être surtout un socle parce que nous sommes le socle, le pilier de la famille et de la société.

Certaines femmes ne connaissent pas l’origine de la journée internationale de la femme, elle s’exclame à notre question : « C’est vrai que peu de gens connaissent l’origine mais qu’elles connaissent l’historique de cet événement n’est pas très important. Le plus important,c’est qu’elles sachent qui elles sont, le rôle qu’elles jouent et ce qu’elles peuvent apporter au monde. De par nos actes, nous pouvons changer les choses dont l’objectif est d’améliorer les conditions de vie de la femme ».

Et pour revenir au rôle que les hommes doivent jouer durant cette journée : « Ils doivent nous couvrir de cadeaux car les femmes adorent ça (rire). Plus sérieusement, on demande pas que des choses matérielles se limitant à une seule journée dans l’année. On a 365 jours pour nous magnifier mais aussi pour nous rendre notre place. Notre place de femme, de mère et de super-woman. Ce qu’on a besoin c’est le respect » dit-elle.

Le message de madame Faye est simple : le combat pour redonner l’estime de soi.

Mme Mbodj,quant à elle, est responsable du centre d’incubation à Ensup Afrique et s’est également prononcée sur la journée .

Mme MBODJ 20180307_221626
Mme Modj

Selon elle, la femme doit être célébrée chaque jour Ajoutant ainsi, que les conditions de vie de la femme ont beaucoup progressé . Elles sont directrices dans de grandes entreprises. Cependant, selon elle, son rôle primaire reste la gestion du foyer. Ce qui est très important pour transmettre les valeurs de génération en génération. Pour participer à la fête, les hommes pourraient pour cette journée s’occuper des tâches ménagères pour comprendre l’importance de la femme au sein du foyer, nous dit-elle.

Le message qu’elle lance au passage : les femmes doivent perdurer les valeurs .

DES FEMMES ACCOMPLIES QUI TEMOIGNENT DU ROLE DE LA FEMME DANS LA SOCIETE

Mme Sall Oumamy Sally, âgée d’une trentaine d’année, est responsable pédagogique à Ensup Afrique. Trouvée dans son bureau avec une allure fière, la dame de fer se donne l’occasion de faire part de ses émotions.

IMG-20180310-WA0084
Mme Sally

« Je suis contente de cette journée mais une journée pour moi ne suffit pas pour rendre hommage à la femme. Minimum, le mois de la femme devrait-on dire aurait été mieux pour lui rendre le césar », dit elle. Selon elle, célébrer la femme n’est jamais suffisant. Pour une journée aussi spéciale que le 8 Mars, le message est vivement fort. Un message qu’elle lance à toutes les femmes : « je demande à toutes mes consœurs de se sentir femme, de se sentir imprégnée dans cette fête qui est notre », dit elle avec une voix pleine de fierté. De surcroit, cette réjouissance est pour elle, l’occasion, non pas de se giter au même pied d’égalité que les hommes. Mais plutôt les rappeler qu’elles sont « les piliers de la société parce qu’aujourd’hui, nous sommes beaucoup plus présentes dans la vie sociale ». Les hommes doivent être plus attentionnés envers la femme. L’affection et l’attention, c’est tout ce dont elles demandent.

Par ailleurs, elle interpelle les hommes, les maris à la communication interpersonnelle ; qui est fondamentale dans un couple. Parler de tout, même des faits qui sont les plus futiles est une manière plus simpliste d’éviter les remous et les querelles dans un mariage. Néanmoins, pour fêter cette journée, n’est il pas impératif de connaitre l’historique de cette journée ? Répondant à l’affirmatif de cette interrogation, elle avance qu’il est clair que les femmes en sont conscientes vu l’impact de leur engagement dans la vie sociale. Sur ce, elle leur demande de ne pas baisser les bras, de continuer sur cette lancée. « Car leur bravoure est sans limites et cela se voit du matin jusqu’au soir. Pour moi, à travers cette journée, leur courage est à saluer. Ainsi, je leur dis bravo aux femmes ! Bravo à nos mères ! Bravo à mes sœurs! Bonne fête à toutes les femmes !”, dit-elle.

UNE IDEOLOGIE QUI EST LOIN D’ETRE UNANIME

Mais cette vision semble faire des réserves chez d’autres tel qu’ Alassane Ndiaye, un jeune d’une trentaine d’année, qui, interrogé sur l’importance de la journée de la femme répond d’une manière assez étonnante.

29356914_1900755039990407_4950986424766693376_o
Alassane N’diaye

« Pour moi, la journée de la femme n’a pas de sens pour moi. C’est juste un souvenir. Les femmes n’ont pas à fêter ça. C’est juste une perte de temps. La vocation de cette journée était de restituer les valeurs et droits fondamentaux de la femme. Mais aujourd’hui, elles ont gagné leurs places dans la vie politique et éconimico-sociale. Et cette position est bien méritée donc à quoi bon de fêter une journée qui a perdu sa raison d’être ? »

29340504_1900755209990390_261413609672802304_n
La journaliste et iniatrice du 8 Mars Clara Zetkin

Ainsi, il faut croire que la journée internationale de la femme s’est officialisée à travers le monde, Elle permet de prime abord de réitérer cette prise de conscience plutôt récente mais généralisée. Ce militantisme vu à travers la femme contemporaine, jadis prônée par Clara Zetkin,journaliste à la Revue « Légalité » et initiatrice de la journée de la femme n’a pas manqué sa vocation de lutte interminable pour les égalités de chance entre le « sexe fort » et le « deuxième sexe ».

Mais que peut- on dire de ces autres femmes qui n’ont pas eu l’opportunité d’etudier et d’occuper des places à responsabilites dans des entreprises renommées comme Mme Faye, Clara Zetkin, Mme Sally ou Mme Modj?

À côté de ces femmes accomplies qui ont eu la chance de réussir à se construire une carrière brillante, on retrouve aussi des femmes qui pour chaque jour est un combat. De vraies battantes, certaines se lèvent à 5 heures du matin pour allant au travail, pour faire face aux dépenses du quotidien. On a rencontré une parmi elles. On l’appelle « Yaye Diène » maman poissons.

Son vrai nom ,est Fatou Kiné Diouf, 47 ans et a commencé ce métier depuis 7 ans à la mort de son mari.

29388335_1900754846657093_7912953072186294272_o
Veuve Fatou Kiné Diouf ou « Yaye Diène »

« J’ai dû me lancer dans ce métier vu que je n’avais pas fait d’études », dit-elle avec un air désolé. Elle n’est pas au courant [ le 8 Mars] qu’une telle journée est dédiée à la femme. Pour cette mère de famille, cette fête n’est qu’une futilité. Ce qui est utile reste de subvenir aux besoins de ses enfants et selon elle, la femme est au début de tout développement.

Pour Mme Diouf, les hommes doivent être conscients des souffrances des femmes parce qu’ils ne prennent pas le temps d’apprécier leurs efforts. Elle ajoute aussi qu’ils doivent respecter leur dignité et ne pas les maltraiter. Par la même occasion, elle lance un appel fort:

« les femmes doivent se battre pour poursuivre leurs études afin de trouver leur place ».

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s