Babacar Sadikh Ngom, Styliste: Comment Un Comptable Est Tombé Amoureux De La Mode ?

Par Salimata Thiaré

Babacar Ngom, 28 ans est comptable de profession. Né à Diourbel et grandi à Dakar, son amour pour la mode l’a conduit à fonder sa propre maison de couture. Aujourd’hui, la marque Arif est son plus précieux bijoux. Babacar revient sur son parcours et nous parle de ses futurs projets.

Qui est Babacar Ngom ?

Je m’appelle Babacar Ngom, 28 ans, je suis né à Dangalma, commune dans le département de Bambey à Diourbel où j’ai débuté mon cursus scolaire. J’ai quitté Diourbel pour Dakar où j’ ai poursuivi mes etudes jusqu’à l’obtention de mon master 2 à l’Université Euro Afrique. J’ai eu à faire des stages et à participer à des séminaires. En 2014, j’ai fait un stage au CICES comme enquêteur superviseur et ensuite à Afrimed Sarl, une entreprise d’imagerie médicale au point E. J’ai rejoint la Maison De La Presse en 2016 pour un stage de 5 mois où j’ai obtenu un contrat en tant qu’assistant comptable et plus tard comme chef de division comptable. Par la suite j’ai créé Arif, une maison de couture pour hommes et femmes.

Vous avez suivi des études de comptabilité rien ne laisse présager une carrière dans la mode. Qu’est-ce qui vous a pousser à combiner les deux ?

Depuis jeune, j’ apprécie le style vestimentaire simple et classe diffèrent de ceux de mon âge. Le déclic est venu, quand mon frère qui devait aller à Paris, m’a demandé de lui revendre une chemise que je venais d’acheter. Après cela, les voisins ainsi qu’un ami qui travaillait chez Orange m’ont commandé des chemises sur mesure. Par la suite, j’ai recontacté l’ami qui m’avait vendu la chemise et j’en ai fait mon fournisseur. Ce métier devenait intéressant alors je me suis dit, qu’il était temps de lancer ma propre entreprise.

Racontez-nous le début de cette aventure.

Au début, je collaborais avec un tailleur résident à Yoff. Il était chargé de confectionner les différents modèles. Quelques temps après, j’ai trouvé d’autres tailleurs qui confectionnaient des habits traditionnels. Je faisais la promotion de nos modèles sur Facebook sous le nom de Tailleur Complet Arif Couture devenu Arif Couture. En 2015, j’ai créé ma première collection. Durant les formations que j’avais suivi, j’avais développé des compétences me permettant de gérer une entreprise. Au début, c’était difficile car il fallait gagner la confiance des gens. Les clients étaient un peu réticents à envoyer leur argent surtout 50% du paiement donc il fallait frapper fort, faire un travail de qualité . On publiait des photos de clients satisfaits sur les réseaux sociaux afin d’en attirer d’autres. Chez Arif, on fait du tout, des chemises, des costumes africains et modernes sur mesure, des habits traditionnels accessibles à tout le monde (hommes, femmes et enfants).

Pourquoi « Arif » ?

16387920_1259565844080384_2977609780209693023_n

Au début, j’avais un problème pour trouver un nom. Il me fallait une appellation simple, facile à retenir et capable de marquer les esprits. J’en ai parlé avec mon entourage. Le tout a donné Arif qui est le diminutif d’Arifatoul Bilahi signifiant sagesse et spiritualité. Ce sont deux qualités que j’aime beaucoup. C’est un nom très original qui colle à mon identité . Je prends toujours le temps de d’expliquer sa satisfaction à chacun de nos clients.

This slideshow requires JavaScript.

Bientôt 4 ans depuis la naissance d’Arif, la satisfaction des clients est une priorité. A ce jour, Babacar se dit satisfait du chiffre d’affaires de son entreprise. Leur seule difficulté: certains copieurs essaient de s’approprier les créations d’Arif.

Comment se déroule votre travail ?

Arif va très bien. Ce n’était pas évident au début, mais avec l’aide de Dieu on s’en sort bien.Parfois en période de fête, on a tellement de commande qu’on fait appel à d’autres tailleurs qui se déplacent pour venir nous aider.Nous offrons également des livraisons à domicile et grâce à la fidélité de nos partenaires nous faisons des bénéfices.

Êtes-vous en partenariat avec d’autres entrepreneurs?

Nos partenaires sont pour la plupart nos fournisseurs. Ils nous donnent ce dont nous avons besoin pour nos modèles. Nous travaillons aussi avec de grands tailleurs qui ne sont pas spécialisés dans la confection d’habits traditionnels mais qui sollicitent nos services. Nous avons des partenaires qui viennent acheter et revendre nos modèles. Nous sommes également en étroite partenariat avec Espace Déco Service, Boulangerie Machallah et l’Agence de Presse Sénégalaise.

Arif a une clientèle sénégalaise mais également internationale…

Arif a des clients partout dans le monde surtout en Europe et dans la sous-région. Grâce aux GP nous arrivons à tous les satisfaire.Réussir dans l’entreprenariat n’est pas chose aisée.

Avez-vous des projets en tête autres qu’Arif ?

J’ambitionne de construire une boulangerie pour ma commune, Dangalma. On attend d’avoir les fonds nécessaires pour démarrer. Je souhaite aussi créer ma propre marque d’eau minérale en sachet qui sera bientôt disponible sur le marché.

En tant que jeune entrepreneur sénégalais, quel message adressez-vous à la jeunesse?

En tant que jeune, je conseillerai à la jeunesse d’oser entreprendre. Au Sénégal, les jeunes ont tendance à attendre tout du gouvernement. Les premiers efforts doivent venir de soi-même. Le chemin sera difficile mais la volonté et la persévérance déplacent des montagnes. Il faut oser, avoir une vision et des objectifs, trouver des références pour se projeter. Lorsque, j’ai créé Arif, j’étais un simple stagiaire, ce que je gagnais par mois je le reversai dans l’entreprise et petit à petit cela a donné quelque chose. Selon moi, l’État, n’a pas pour rôle de créer des entreprises mais de préparer le terrain et d’apporter les moyens . Je fais travailler plus d’une vingtaine de personnes directement et indirectement fournisseurs inclus. Ce sont des pères de familles. Leur travail contribue au développement du pays. Toutefois, l’État doit nous aider dans l’allégement des taxes des entreprises sénégalaises surtout avec l’exportation des produits étrangers de mauvaise qualité qui envahissent nos marchés.En conclusion,personne ne peut garantir la réussite. Essayez, avec l’aide de Dieu, tout aboutira.

Advertisements

2 Comments

  1. I often visit your blog and have noticed that you don’t update it often. More
    frequent updates will give your site higher authority & rank in google.

    I know that writing posts takes a lot of time, but you can always help yourself with miftolo’s
    tools which will shorten the time of creating an article to a
    few seconds.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s