Mamadou Baba Dieng, jeune écrivain Sénégalais: “Je suis le poète qui n’a jamais vu la neige descendre sur Paris…”

Par Cheikh Ahmed Tidjane BA

Jeune et ambitieux, le regard plein de mots qui en disent autant que ces écrits, il se nomme Mamadou Baba Dieng, jeune écrivain, poète. Très rare de voir un étudiant aussi audacieux de son genre. Ce jeune indépendant sort du lot de la fratrie pour partager un lyrisme purement accroché à ses origines. Ici, à travers sa plume et usant de la magie de ses mots, ce jeune écrivain nous fait part de sa vie, son sentimentalisme.

Natif de Cas-Cas, situé dans la région de Saint-Louis. Mamadou Baba Dieng ne manque pas de chanter son village natal dont il est très fier ; il le surnomme son « berceau d’enfance ». Mais son destin le mènera à Dakar où il fera ses premières humanités. Précocement épris de la lecture et de l’écriture, il avait commencé déjà à révéler son amour pour cet art ‘’sur les pages de ses cahiers d’écolier’’. Né en 1992, Mamadou termine actuellement son Master en Droit Privé à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis.

 

Présentez-vous à nous.

Parler de soi n’est jamais chose aisée, mais écrire c’est avant tout se mettre nu devant le public.

Et comme cet art l’exige de moi, il est important de savoir que je suis un pur produit sénégalais, abreuvé des sources d’une éducation charmante. Charmante, car je suis né dans un village qui s’appelle Cascas et même si j’y ai passé la plus petite partie de mon enfance, cela m’a suffi amplement pour me souvenir fidèlement de tout ce qui le rend beau : son long et profond fleuve de boue, son sol aride, son climat chaud et sec, sa botanique et surtout nos jeux habituels qui font le charme de mon enfance.

Quand j’ai atteint l’âge de cinq ans, un matin, j’ai appris que mon père est mort emportant avec lui mon enfance au bord de mon profond fleuve de boue.

J’ai regagné Dakar, près de mon frère. Il est devenu mon père. Il m’ a initié à l’école coranique et à l’école Elémentaire de Hamo 4 où j’ai obtenu mon certificat de Fin d’Etude Elémentaire. J’ai regagné par la suite le collège CEM Pikine Est – A. Après l’obtention du Brevet de fin d’Etude Moyen, j’ai été orienté au Lycée Seydina Limamoulaye. Et c’est au Cours Privés Medium que j’ai obtenu mon baccalauréat avec mention Assez Bien en série L2 ; ainsi j’ai gagné mon ticket d’entrée à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. Orienté aux Facultés de Sciences Juridiques et Politiques, j’y ai décroché ma licence et mon attestation de réussite de Master 1 en Droit Des Affaires. Actuellement, j’y termine mon Master 2 en Fiscalité.

 

Parlez-nous de votre histoire avec l’écriture ?

Il faut savoir d’emblée que la lecture et l’écriture sont indissociables et ce sont les grands lecteurs qui deviennent de grands écrivains. Je me rappelle de mes premiers jours d’école, quand mon père nous ramenait, moi et ma sœur, des livres, lesquels je m’amusais à lire d’un trait. Outre cela, j’ai été un enfant taciturne au cœur rempli d’émotions que je n’arrivais pas tout le temps à contenir. C’est ainsi que j’ai découvert la magie de la feuille blanche. Plusieurs événements concourent à la sensibilité de l’auteur et j’ai été confronté précocement au deuil, loin d’une mère, j’ai retrouvé l’amour ailleurs et sous d’autres formes. Je me suis pris d’amitié pour un ‘’journal intime’’. Et là naissait mes premières confessions.

L’Esprit du Cœur est ma première œuvre, publiée, depuis Juillet 2017 aux Editions l’Harmattan.

Pourquoi le choix de la poésie ? Est-ce que la poésie représente pour vous une manière de s’engager ?

 La poésie est le genre mère. Et elle m’a charmé avant même que je ne me rende compte de son charme (rires). Bref, elle demeure le seul genre capable de donner rythme et souffle à nos émotions.

Si l’engagement revient à primer un intérêt collectif sur l’ individuel ou le subjectif, je suis engagé. Alors, à la fin tout le monde est engagé car le poète est celui qui canalise sa verve pour psychanalyser son prochain.

 

Quel est le message que vous souhaitez véhiculer à travers votre œuvre L’Esprit Du Cœur ?

 L’Esprit du Cœur, est un recueil de poèmes repartis en plusieurs thématiques . Chaque poème est annoncé par une citation propre à l’auteur. Comme je l’ai dit dans le recueil, je chante tout ce qui me hante. J’y chante l’amour en faisant une distinction des genres sentimentaux. Ce recueil est un hommage rendu aux orphelins ‘’pour qu’enfin sèchent les larmes de l’orphelin maudit par les regards dédaigneux et inquisiteurs’’, pour reprendre Azo Dieng à la page 17 de son recueil poétique, Semailles.

De même, nous y dénonçons les tares de la société sans esquiver des thèmes tels que la violence (chantée sous toutes les formes, l’adultère, la drogue etc.), nous y célébrons également : les mendiants, les soldats et les femmes. L’Esprit du Cœur est une calebasse, quiconque y plonge sa main y trouve sa part.

 

 

Parlez-nous de vos objectifs, de vos motivations en tant qu’écrivain poète ?

L’entreprise poétique est la plus délicate des genres littéraires.La poésie est un appel de complémentarité : un chant.

Quand j’écris, je m’érige au rang de créateur. Le poète écrit souvent dans des moments d’extases. Imiter et reproduire l’œuvre de Dieu, voilà ce que font les poètes !

L’originalité devrait être la chasse gardée de tout un artiste, et les poètes se distinguent de par leur vision et style. En parlant de style, je suis de connivence avec Marcel Proust quand il dit que le style est une question non pas de technique mais de vision.

 

Quel est votre vœu le plus cher dans votre carrière d’écrivain ?

Mon vœu le plus cher serait de mettre en valeur la poésie ‘’peulh’’. Sachant que la culture peulh est aussi imagée que rythmée, chaque souffle, fait et geste de l’Homme-peulh peut être traduit en chant, musique et danse. Ils demeurent une communauté attachée aux valeurs chères à l’homme noir : la solidarité, le ‘’teddungal’’, l’honneur, le courage, l’orgueil, etc. C’est une culture poétique car même les plus petits soins épousent une certaine musicalité : nous avons les berceuses, le chant nuptial, des chants consistant même à attirer les oiseaux vers le trébuchet :

Collél Kumba kangado, xadi’ col’li njou’ra’dé !

Njou’rê lekki yani !

Adi’, adi’ ndaw gabbél,

Wat’tindi’ ndéw lébél !

Il y a également les champs champêtres et ceux chantés lors du pillage de mil.

Par ailleurs, j’entreprends de sortir un roman dont j’ai presque fini.

IMG-20180606-WA0029

 

En tant qu’écrivain, qu’est-ce-que vous aimeriez dire à tous ces jeunes sénégalais actifs ?

Je leur conseillerai d’être patients et courageux car la tâche ne sera pas facile. Nous en sommes conscients. Mais il faut justement reprendre, pour le compte du courage ce que Danton, grand révolutionnaire de 1789 disait de l’audace ; « (…) il faut du courage, encore du courage et toujours du courage ».

Et partager aussi avec les jeunes l’enseignement que j’ai tiré de Demain, La République de El Hadji Ibrahima Sall qui nous invite à épouser le courage pour penser mais aussi pour agir. Comme si l’impératif de penser en hommes d’action et d’agir en hommes de penser s’imposait, à nous, plus que jamais.

« Je suis le poète qui n’a jamais vu la neige descendre sur Paris, mais la France est dans mon cœur aussi longtemps qu’y resteront ceux que j’aime… »

Advertisements

1 Comment

  1. Mouhamadou mon Cher cousin je suis fier de toi et te souhaite bonne chance dans la perspective de cet avenir radieux et rayonnant qu’Allah t’a gratifié.
    Je vous ai connu très jeune. Je suis sur que votre souvenir de ma personne reste assez vague. C’est par le canal de la grande royale sans couronne(Mintata) que j’ai obtenu cette article que j’ai dégusté goulûment. Tu as tout ce qu’il faut pour que le bateau dont tu es le commandant de bord battant pavillon humanitaire avec un équipage multiculturel arrivera au bon port de la vie.
    Bocar Dieng aka Harouna Demba

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s