Accidents de la circulation : les routes de l’Enfer

Par Cheikh Ahmed Tidjane BA

Au Sénégal, les routes sont de véritables hécatombes. Occasionnant plus de morts que le Sida, Les accidents de la route coûtent la vie à plus de milliers de personnes chaque année. En vue des multiples dangers qui y sillonnent, les cars rapides « Ndiaga Ndiaye », en passant par les bus et les voitures clando, tous sont devenus aujourd’hui les pires désastres humains. Mais les plus dangereux de tous, sont les camions gros porteurs. Avec un bilan qui s’alourdit de manière intenable entre 2016 et 2017, l’Etat avait pris des mesures drastiques pour endiguer les dégâts mortels sur les routes.

Un bilan qui s’alourdit à chaque année

Les accidents de la route tuent plus de piliers de personnes chaque année. Surtout dans les occasions de fêtes religieuses (Magal, Gamou, Tabaski…) où chaque passager veut arriver à destination à temps et en heure. Avec une telle précipitation, les routes deviennent de véritables couloirs de la mort.

Dans un rapport établi par ANPAVH, le Sénégal a enregistré 22000 accidents avec des morts et des blessés graves,entre 2002 à 2011. Preuve que les accidents de la route sont devenus un véritable fléau avec un taux grimpant de morbidité sur la population. Sous le même rapport, il est indiqué qu’en 2012, il y a eu 4876 cas d’accident dont 200 décès et des blessés. Pour 2013, ce sont 15350 accidents qui ont été notés avec un bilan de plus de 400 décès et des blessés graves. Avec de telles chiffres, l’Etat du Sénégal – avec le Règlement 14 du 1er Avril 2018 de l’UEMOA qui limite le poids de la charge à l’essieu -décide d’appliquer les règles sur le pesage.

Des causes multiples

Certains chauffeurs, l’avidité au volant, veulent récolter le plus de billets à travers les tours quotidiens. D’autres, conduisant les camions gros porteurs avec des tonnes de plus en excès, font le parcours en sursis. Pour eux, seul l’argent compte et tous les moyens sont bons pour l’acquérir. Quitte à faire le tout pour se faufiler entre les doigts des agents de la circulation.

Si les commentaires vont encore bon train sur les causes des accidents et les mesures prise par l’Etat pour les endiguer, tout le monde s’accorde à dire que le non-respect des règlements qu’engage la circulation, la vétusté de certains véhicules ainsi que la corruption de certains agents de la circulation, sont les principales sources de la majorité des cas. Même si en fin 2013, les autorités avaient rendu officiel le renouvellement des véhicules en état de vétusté avancé, cela n’a pas été le cas s’agissant des camions gros porteurs.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s